Actions en cours

Suivi des travaux du choeur de l'église

Pupitre de Cumont

Plaque commémorative des donateurs

Panneau BPN

Dépliant pour la motte féodale

 

 

Actions réalisées

Les sentiers pédestres :

Refonte des circuits, notamment le numéro 6 pour y introduire plus de chemins empierrés. Création du sentier numéro 7 pour découvrir une partie du territoire bretoncellois jusqu'alors inconnu. Création également du sentier numéro 8 pour atteindre la voie verte. Edition de 6 nouveaux dépliants, en vente 1.50€, qui recensent les 8 circuits qui totalisent une centaine de kms.

A noter que les dépliants décrivent la valeur patrimoniale du circuit, tant architecturale que naturelle, voire historique : une façon de découvrir autrement l'Histoire de notre village.

 

La motte féodale :

Nommée "La Butte du Château", cette motte castrale est en forêt de Saussay. Existante depuis 1060 environ jusqu'au milieu de 15ème siècle, elle abritait une aristocratie et le livre "Bretoncelles, un village du Perche" vous dira tout sur son histoire.

BPN avait toutefois le volonté de vous faire découvrir ce site remarquable et bien conservé et s'est impliqué à le mettre en valeur par des diverses actions :

- apposition d'une illustration de la motte en façade de la salle des fêtes

- description du circuit sur cette même façade pour s'y rendre

- pose d'un pupitre au Val expliquant le rôle de la motte castrale

- installation de poteaux indicateurs sur place pour situer les bâtiments

- création d'un escalier pour escalader la motte jusqu'à son sommet

- en prévision, nettoyage du site et édition d'un dépliant.

 

Les calvaires :

Après avoir fait un recensement des calvaires existants ou ayant existé sur la commune, l'association a fait un diagnostique des restaurations possibles, sous réserve que les habitants s'impliquent dans le projet.

C'est ainsi que deux calvaires ont retrouvé une place importante dans la vie de notre village :

- le calvaire des Maupinières. Lors du remembrement, ce calvaire, privé, appartenant à la Famille Tafoiry, a été détruit pour permettre l'accessibilité à des champs. Gràce à la volonté de la famille et de leur don du christ de 1.94m en fonte, d'une poutre en chêne de 30*30 cm et de pierres de granit, BPN entreprend la restauration du calvaire. Il est désormais installé sur le domaine publique et avec la participation de l'Entreprise Pelay qui nous propose un mécénat de compétences, un magnifique calvaire voit le jour.

La lecture du pupitre installé depuis peu vous permet d'en savoir plus.

 

- le calvaire de la Régeolière. Ce hameau est à découvrir en vous rendant à La Loupe par la Godefraise. Au pied de 5 tilleuls centenaires, un massif de broussailles cachait en fait un calvaire. Après un sérieux nettoyage des lieux, il fût possible d'identifier ce calvaire et d'envisager sa restauration à l'identique puisque nous avons retrouvé une partie de la croix, un christ cassé, un socle en mauvais état et une photo représentant la croix.

De nouveau, c'est l'Entreprise Pelay qui s'y colle et avec l'aide du voisinage, un joli calvaire voit le jour.

En 2016, le 7 août, le pupitre, ainsi qu'une messe officiée pat l'abbé Hébert, rappelle l'histoire de Sophie Girard pour ce lieu.

 

- la mare de La Godefraise. Cette mare est attachée aux anciennes habitations du hameau. Elle est la propriété privée de quelques habitants de La Godefraise.

Comme beaucoup de mares, son rôle essentiel consistait à fournir de l'eau en cas d'incendie mais offrait également un lieu d'entretien du linge pour les lavandières. Avec l’abandon de ces usages, la mare s’est naturellement refermée, comme beaucoup d’autres. Elle n’offrait donc plus les conditions d’accueil propice aux espèces aquatiques.

 

En 2012, sous l'impulsion des habitants, l'association Bretoncelles Patrimoine et Nature engage des actions de restauration. En partenariat avec le Parc naturel régional du Perche qui apporte son expertise et subventionne les travaux à hauteur de 60%, avec l'aide matérielle des habitants du hameau et d'autres, la mare retrouve son identité et une vie aquatique qui sera remarquée par le GRETIA de Rennes, Groupe d’Études des Invertébrés Armoricains qui l’intègre dans son plan d'observation.

Quelques mois après la restauration, la chargée de mission du Parc écrivait ces quelques lignes : «  Je suis passée à la Godefraise que j'ai eu du mal à quitter tellement il y avait à voir...

En effet, par cette belle journée, le soleil perçait le fond de l'eau et les habitants de la mare offraient un beau spectacle : des dizaines de tritons crêtés, tritons alpestres, et tritons palmés paradaient en couple (je crois n'en avoir jamais vu autant au m² !). Les grenouilles agiles sont venues pondre (il reste quelques traces visibles). Les coléoptères aquatiques et de nombreuses larves de phryganes (celles qui confectionnent leur fourreau à l'aide de matériaux prélevés sur place) s'agitaient le long des berges. Deux espèces de plantes, un potamot et une renoncule aquatique ont fait leur apparition (pas observées avant les travaux).

Bref, un bilan très positif. »

De plus, le Parc retient cette mare pour son film qui retrace les actions du parc.